Category Archives: Creation

The End Of The World, nouvelle version

Si vous aimez l’animation image par image, la naïveté des films muets de science-fiction, les représentations de dinosaures grossièrement inexactes et obsolètes, Willis O’Brian, Georges Méliès, Conan Doyle et Jules Verne, installez vous sur vos sièges, ajustez vos nœud-papillons et enfilez vos guêtres, vos chapeau-cloche et vos long colliers de perles :

Le (brillant) Morgann Gicquel viens de finaliser la post-production et enfin mettre en ligne la version révisée de The End Of The World !

Bande son nouvelle et originale par Sebastian Ferreira, montage plus efficace, intertitres entièrement refaits …
Et de nouveaux effets spéciaux, créés grâce à votre serviteur ! (entre autre. C’est un travail d’équipe.)

Bonne séance !



Gremlin

Faune Dionysienne.

A toi qui m’as apprise à faire ce genre de trucs, sans photoshop, sans ordinateur, juste avec un petit grain d’imagination.

Une série d’intrusions fantasmagoriques dans notre monde.
Réalisé sans aucune retouche digitale d’image, pas même pour les contrastes ou les couleurs. Tout a été fait à la main, avec du papier et des ciseaux.

Ixitl

l’Ixitl

Encore une créature perso.
Enfin .. pas si perso.

Étant très fan, entre autre, de la littérature de science-fiction pulp, j’ai emprunté l’Ixitl à « La Faune de l’Espace », mon roman préféré par un de mes auteurs préféré de cette période : Van Vogt.
C’est l’histoire de l’équipage d’un vaisseau spatial d’exploration confronté à des extra-terrestres -vraiment étrangers- et qui cherchent à décrypter leurs mode de vie et de pensée.
Pour pouvoir les tuer, bien sûr.
Si vous aimez les créatures étranges, les histoires où la victoire s’obtient en étant plus malin que l’adversaire plutôt que par la force brute et si vous n’avez rien contre un peu d’inexactitude scientifique, vous allez adorer ce livre.
(Dont le film « Alien » est beaucoup inspiré, d’ailleurs)

Il y a beaucoup de liberté prises par rapport à la description qui est faites dans le livre. J’ai cherché l’inspiration plutôt dans le « ressentis » de la créature que dans la reprise scrupuleuse des éléments qui se trouvent dans le livre, qui me semble encore trop humanoïde pour coller à cet être, effrayant par sa totale étrangeté, qu’est l’Ixitl : L’intangible et solitaire dernier survivant d’une espèce jadis puissante, dérivant sans espoir dans le vide inter-galactique.