Tag Archives: Irruption of fiction

Lundi animation : Gloam

Créé par David Elwell & Gareth Hughes. La ballade calme d’une curieuse créature des bois.

J’aime qu’ils n’aient pas cédés à la pression de remplir le film avec une intrigue ou des péripéties. Ne se focaliser que sur le vrai sujet : la créature. L’affection pure et sans fard pour la créature.

Même si je dois l’admettre, mon coup de coeur tiens beaucoup au fait qu’elle a un petit air de famille avec la version du Sasquatch que j’ai réalisé pour l’exposition « missing link » de Pictoplasma.

Gremlin

Faune Dionysienne.

A toi qui m’as apprise à faire ce genre de trucs, sans photoshop, sans ordinateur, juste avec un petit grain d’imagination.

Une série d’intrusions fantasmagoriques dans notre monde.
Réalisé sans aucune retouche digitale d’image, pas même pour les contrastes ou les couleurs. Tout a été fait à la main, avec du papier et des ciseaux.

L’invasion sous-marine

conquering the volcano

Ça a commencé par l’apparition d’étranges formations géologiques.

magic mushroom

Les autorités envoyèrent rapidement des équipes de scientifique pour enquêter…

toxic eggs

… qui constatèrent bientôt que la formation était de nature biologique et se répandait à une vitesse alarmante !

hermit crab attack !

La situation sortis vite de tout contrôle, semant la panique dans la population civile !

bobbit worm

Des forces armées furent envoyées pour tenter d’endiguer l’invasion, mais en vain !

sewer workers

Plus le moindre recoin caché qui ne soit totalement sûr.

 train inspectors

Mais heureusement, grâce au dialogue, les créatures sous-marines arrivèrent à trouver un accord et gagner suffisamment confiance pour pouvoir vivre en paix aux côtés des envahisseurs lilliputiens. 

Jason Isley est un photographe spécialisé dans la vie sauvage et en particulier la faune océanique. Inexplicablement il a fini par se lasser de prendre des clichés classiques et a eut l’idée de créer ces mises en scènes, en utilisant des miniatures de maquettistes (façon Slinkachu) et grâce à la complicité des créatures habitants les fonds marins.
J’adore !

« Il y a une grosse araignée dans le bureau »

Attention, vidéo déconseillée aux arachnophobes.

Un poil de vidéo mapping génialement détourné.
De la sobriété dans l’exécution.

L’irruption de la fiction dans l’horizon ordinaire quotidien.

D’un coup réaliser que le monde contemporain nous conduit à vivre tous dans des boites de plexiglas, où notre soi rampant, beau, chaotique et obscure, notre côté arachnéen, est abandonné à paniquer en vain.